Publié le: 26 janvier 2018 à 13h35

Le 14 janvier 2011, l’hôtel Carlton ouvrait ses portes à près de 150 personnes, pour une nuit qui restera dans les mémoires…

Partager

 avenue habib bourguiba panoramique

Le 14 janvier 2011, l’hôtel Carlton situé en plein avenue Habib Bourguiba à Tunis a vécu une nuit atypique. En la 7ème commémoration de ce fameux jour, l’hôtel dit tout sur ce qui s’est passé en cette nuit via le témoignage ci-dessous :

« Le 14 janvier 2011, l’hôtel Carlton ouvrait ses portes à près de 150 personnes, pour une nuit qui restera dans les mémoires…

Peu de gens savent que le 14/1/11 quand tous les hôtels de l’avenue barricadaient leur porte, le Carlton a invité les avocates qui défilaient sur l’avenue à entrer pour prendre un peu de repos. Plus tard, quand la police a attaqué, près de 150 manifestants se sont retrouvés réfugiés dans l’hôtel. Sous couvre-feu, ils ne pouvaient plus rentrer, et ont dû passer la nuit du 14 janvier au Carlton. Notre personnel a essayé d’en « caser » quelques-uns, les femmes, les enfants, les personnes âgées, dans les chambres, certains clients de l’hôtel ont accepté de partager leur chambres. Les autres ont passé la nuit dans la salle de petit déjeuner, plusieurs unités de police sont arrivées pour les évacuer avec une terrible violence. La direction de l’hôtel a réussi à les calmer, leur remettant les caméras des journalistes en échange de la sécurité des manifestants. Puis l’armée a pris le relais et nous avons négocié de pouvoir aller dans l’hôtel d’en face pour nourrir nos invités inattendus, par groupes de deux, marchant lentement, nous avons réussi a donner à manger et à boire à tout le monde, notre collègue et voisin a accepté de les nourrir moyennant un tarif exorbitant (business is business), que nous avons pris en charge. C’est ce soir-là que le caméraman français a été tué, son collègue est revenu au Carlton couvert de son sang. Nous avons appelé l’autre palace de l’avenue afin d’obtenir de loger quelques-uns des manifestants, bonne nouvelle… ils ont de la disponibilité, mauvaise nouvelle: ils exigent un paiement d’avance! Nos invités sont sans le sou, souvent sans chaussures qu’ils ont perdu sur l’avenue. Ils resteront donc au Carlton, la nuit a été longue, les amis et parents appelaient pour avoir des nouvelles, sur l’avenue des « policiers » sortaient les gens des immeubles et les battaient sauvagement. Mais aucun des réfugiés du Carlton n’a été molesté et tous sont rentrés chez eux le lendemain. L’un d’entre eux créera même une page Facebook pour témoigner et remercier.

Après avoir secrètement hébergé les membres du FLN durant les années 50-60, après avoir donné refuge à une bloggeuse célèbre recherchée par Ben Ali en 2010, Le Carlton est fier d’avoir ouvert ses portes aux citoyens venus mettre fin à la dictature en 2011. »

F.T.


Météo
Tunis