Bassem Loukil: "Non Monsieur Boughalleb, nous avons bien le droit de respirer le même air que vous" - highlights.com.tn
Publié le: 28 février 2017 à 17h06

Bassem Loukil: « Non Monsieur Boughalleb, nous avons bien le droit de respirer le même air que vous »

Partager
bassem loukil1
Comme vous tous, j’ai été profondément touché par les propos du chroniqueur d’Al Hiwar Tounsi, qui de son plateau de Tunis à 270km de Sfax et basé sur des études très douteuses, nous explique que la SIAPE dégage un air pur sans aucun risque pour notre santé.
Non Monsieur Boughalleb, pour vous faire pardonner de l’UGTT, à qui vos positions sur d’autres dossiers ont déplu, ce n’est pas sur le dos, ou plus précisément sur la santé, des Sfaxiens que cela se passera.
Nous sommes tous convaincus que les 243 employés actuels de la SIAPE doivent être indemnisés ou tout simplement assurés d’un avenir professionnel, mais est-ce que pour que cette centaine de personnes gardent leurs emplois, un million d’autres doit périr ou du moins vivre avec ce calvaire au quotidien, de mal respirer, d’être agressé par toute cette pollution ?
Les études, sérieuses, pas comme celle présentées ce soir à la télévision, indiquent que les habitants de Sfax souffrent depuis des dizaines d’années des méfaits de la SIAPE telles que les maladies respiratoires et dermatologiques chroniques ou encore les maladies cancéreuses.
La SIAPE a des rejets solides, liquides et gazeux avec des dépassements intolérables des normes, dont notamment du cadmium réputé pour ses méfaits souvent cancérigènes.
Alors, Monsieur le chroniqueur, ces 130 hectares à 4km du centre-ville qui sont une usine à gaz (au vrai sens du terme), ne pourraient jamais plus se transformer en un centre commercial, une zone touristique, un golf ou une cité sportive comme dans les autres grandes villes Tunisiennes, où sommes-nous juste bons à payer les impôts (et plus que les autres d’ailleurs) ?
D’ailleurs Monsieur le chroniqueur, je vous défis de passer un mois à Sfax dans une belle villa juste à côté de la SIAPE
Nous continuerons à nous battre pour notre ville, nos enfants et nos familles et notre environnement, malgré les calomnies et les fausses informations propagées.
Bassem Loukil

Météo
Tunis