Publié le: 10 août 2017 à 16h31

Be Arty, une belle initiative culturelle, à consolider

Partager

Be arty1

Le 7 août, alertée par une artiste, j’ouvre la page « Be Arty », récemment crée sur facebook et y lis le « manifeste » suivant : «BeArty est un concours ouvert aux artistes visuels, quelle que soit l’étape de leur carrière : Installation, Sculpture, Vidéo Performance, Réaménagement, Concept inédit et Mapping(…).

On annonce également que mardi 8 Août El Firma devait accueillir les œuvres des quatre gagnants sélectionnés sur une vingtaine de candidatures par le jury : Héla Lamine, artiste, Mouna Jemal Siala, artiste, Rahma Megarech, directrice artistique artistique de El Firma. Vernissage de 20 heures à 22 heures des œuvres de Jihen Ben Chikha, Monia Makhlouf, Héla Ammous, Leila Rokbani . « Quatre talents différents vous présenteront des installations vidéos, des séries photographiques, du travail de récupération ».

Non, tout ne se passe pas sur facebook :

Ou tout ne se passe pas comme prévu. Sur la page de « Be Arty », concours dont on ignorait l’existence, les remerciements s’égrènent. C’est Héla Ammous que l’on remercie pour les invitations. On a beau cliquer dans tous les sens, l’information sur l’évènement n’apparaît pas ailleurs.

On se dit que ce n’est pas grave, qu’il  y va de l’Art et d’une certaine idée de la Tunisie, celle qui bouge et qui veut transformer –enfin- ses lieux de consommation de « nourritures terrestres » en lieux de consommation  de « nourritures spirituelles ». Car ce ne sont pas les artistes qui manquent, en Tunisie, ce sont les espaces d’exposition ! L’Art est souvent confiné aux galeries, les artistes sont mécontents car non visibles, les galeristes frustrés car ceux qu’ils exposent manquent de gratitude …Une démarche novatrice dans la lignée de quelques unes entreprises auparavant, ce n’était pas de refus.

be arty2

Une mise en scène à parfaire :

A El Firma, le 8 août, à 21 heures tout se passe « comme d’habitude » .Rien ne laisse soupçonner qu’il y a ce soir une manifestation artistique : pas d’accueil à l’entrée, pas de catalogue, pas de signalisation, même l’évènement n’est pas mentionné : c’est simple, j’ai ouvert le menu en pensant qu’il s’agissait d’une plaquette de présentation !

Finalement, en cherchant bien et  guidé par l’une des artistes exposées, nous découvrons en fond de décor « Save the planet » (Héla Ammous, exposé à Marrakech et deux panneaux d’assiettes installées comme faisant partie de la décoration du bar alors qu’il s’agit d’œuvres de la même artiste ( «Je ne suis pas dans mon assiette »).

Le temps de trouver un panneau de photographies,sur un mur isolé et mal éclairé, elles avaient disparu car l’artiste avait demandé leur décrochage et leur réinstallation, conformément à ses choix artistiques. Il restait donc les pitons d’accrochage.

Enfin, dans un recoin sombre, à proximité d’une salle obscure, des sculptures « identifiées » par  une artiste, comme celles de Leila Rokbani.

Au final, il manque apparemment  l’installation de Jihen Ben Chikha.

be arty3

be arty4

Une initiative louable, une communication à améliorer :

On ne remerciera jamais assez la direction de El Firma d’avoir eu cette initiative et d’avoir, avec sa directrice artistique, Rahma Megarech monté tout un programme d’animation culturelle. Celle-ci a pris de son temps pour m’expliquer, après s’être étonnée de ma présence ( je n’étais pas dans sa mailing list ni une cliente du lieu), que le restaurant proposait des activités culturelles diverses pendant l’été. Et que l’on pouvait s’adresser à elle l’hiver, pour y exposer des œuvres.

L’animation culturelle est un métier difficile qui nécessite une préparation minutieuse en termes d’installation, de présentation et de communication. Pour que les amateurs d’Arts prennent le chemin de El Firma, c’est à eux qu’il faut s’adresser. Et pas uniquement aux clients d’El Firma. Une belle initiative, à consolider.

Edia Lesage


Météo
Tunis