Publié le: 1 août 2017 à 17h33

Le changement climatique et l’investissement dans les énergies renouvelables en Tunisie, entre potentiel et réalité

Partager

IMAGE_2010_01_25_1032295

La Tunisie est un pays dépendant des ressources énergétiques fossiles. Selon la banque mondiale, la consommation des énergies renouvelables représente seulement 1 % en 2014, du total consommé.  Ce qui montre que le recours aux énergies vertes reste sous-développé. La banque mondiale affirme que 36.20 % de l’énergie totale consommée en Tunisie est importée, ce qui représente des milliards de dinars en devises gaspillées pour assurer les obligations énergétiques du pays.

Jusqu’à la fin de 2015, la capacité électrique totale installée été 5695 MW, ce qui va augmenter jusqu’à 7500 MW d’ici 2021, afin de satisfaire l’augmentation des besoins énergétiques.

Au début 2016, il été estimé que la capacité totale des énergies vertes déployée  a été de l’ordre de 312 MW, répartie comme suit: (245 MW d’énergie éolienne, 62 MW d’énergie hydroélectrique et 25 MW de Photovoltaïque) ce qui est seulement 6% de la capacité énergétique totale.

Dès le début de 2015, il n’y avait que trois stations photovoltaïques opérationnelles avec une capacité de 100 kW au minimum: une station de 149 kWp à Sfax, une station de 211 kWp gérée par la SONEDE et une station de 100 kWp à Korba.

Les travaux de la première centrale solaire à grande échelle, ayant une capacité de 10 MW, a commencé le lundi 24 Juillet, 2017, à Tozeur. Cette centrale, cofinancée par la banque Allemande de développement KfW et la Facilité d’investissement du voisinage de l’Union Européenne, et implémentée par la STEG. La centrale sera prête en 2018.

La ministre de l’Energie, des Mines et des Energies Renouvelables, Héla Cheikhrouhou, a indiqué que ce projet fait partie du Plan Solaire Tunisien (PST). Ce plan vise à augmenter la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables à 30 à l’horizon 2020.

Le projet le plus ambitieux de la Tunisie, reste le projet TuNur. La première centrale à énergie solaire concentrée d’une capacité de 2,250 MW aura lieu dans Régim Maatoug, au gouvernorat de Kébili dans le sud de la Tunisie. Le projet se compose d’une centrale dans le désert du Sahara reliée à l’Italie par un câble sous-marin à 2 GW HVDC (haute tension à courant continu). TuNur va générer jusqu’à 10,000 GWh par an ce qui correspond à la consommation de 2,5 million de maisons européennes.

L’investissement et la normalisation de l’exploitation des énergies renouvelables demeurent une nécessité en Tunisie puisque le changement climatique coûte cher à la caisse tunisienne indirectement.

Les changements climatiques en Afrique du Nord, qui émet de faibles niveaux de gaz à effet de serre (Entre 1,5 et 3,5 tonnes d’émissions de CO2 / habitant / année), représentent une véritable menace pour le développement socio-économique de la région et sa population. La gravité des impacts du changement climatique sur les pays d’Afrique du Nord est liée à la particularité géographique et écologique de la région.

La principale façon dont le changement climatique frappera la Tunisie est de s’attaquer à la sécurité alimentaire du pays puisque un des effets directs du changement climatique est l’augmentation des prix mondiaux des produits alimentaires. Surtout que la Tunisie est un importateur de plusieurs produits alimentaires.

Selon l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale, on s’attend à ce que les rendements pour le blé, l’orge et les pommes de terre irriguées tombent. Les résultats des analyses économiques – basés sur la modélisation de l’équilibre général calculable (CGE) – montrent que le changement climatique entraînera des effets négatifs pour l’économie globale, notamment le secteur agricole.

Les prix mondiaux (prix mondiaux des aliments mondiaux) et les effets locaux (rendements inférieurs) vont réduire la production économique en Tunisie de 2,0 à 2,7 milliards de dollars américains sur 30 ans, et les changements climatiques devraient réduire les revenus agricoles de 2 à 7 pour cent par an, en moyenne sur 30 ans.

L’investissement dans les énergies renouvelables représente un investissement dans le présent et dans le futur. A par qu’il représente une protection de l’environnement, une minimisation des ressources énergétiques fossiles qui coûtent cher à l’état et par suite le citoyen Tunisien, l’économie verte représente surtout un investissement dans notre sécurité alimentaire. Les énergies renouvelables représentent désormais une nécessité qui fera la différence entre la Tunisie prérévolutionnaire et la Tunisie postrévolutionnaire.

 Mohamed Chahbi


Météo
Tunis