Christiane Taubira : « Je n’ai peur de rien ! » - highlights.com.tn
Publié le: 9 mars 2017 à 16h25

Christiane Taubira : « Je n’ai peur de rien ! »

Partager

Conf Taubira

A l’occasion de la journée internationale de la Femme, et en visite brève de deux jours en Tunisie, la femme politique française, ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira a donné une conférence mercredi 8 mars 2017 à l’institut Français de Tunisie sur le thème « Je n’ai peur ni du racisme, ni du sexisme, ni de la bêtise : itinéraire d’une femme engagée« .

Devant plusieurs centaines de participants, et interviewée par l’ambassadeur de France en Tunisie Olivier Poivre d’Arvor qui a revêtu avec brio sa casquette de journaliste pour l’occasion, Mme Taubira est revenue sur son parcours et ses défis.

D’abord, commentant le thème de la conférence et répondant à la question de M. Poivre d’Arvor : « De quoi avez-vous peur ? ». Mme Taubira, avec regard malicieux, a répondu : « Je n’ai peur de rien ! ».

Ensuite, concernant ses premiers pas dans le monde politique, elle a précisé qu’en 1993, alors que Mitterrand était président, elle avait pris l’initiative de lui écrire « pour lui dire qu’il avait accompli beaucoup de bonnes choses dont l’abolition de la peine de mort, l’autorisation de radios libres… mais qu’il n’avait pas compris les outre-mer » Elle a ensuite ajouté : « Etonnement, il m’invite à venir le voir… j’ai eu plusieurs rencontres en tête-à-tête avec lui… Mitterrand était un bouleversement radieux ! ».

« Aujourd’hui encore, je suis d’une reconnaissance sans limites pour tous ceux qui se sont battus chez moi ou ailleurs, pour leur droits… »

«Je ne peux pas accepter l’injustice ou en détourner le regard… On vit dans un monde qui est loin d’être parfait… Il n’y a pas de repos possible parce que d’autres gens se sont battus… ».

Ensuite, revenant sur la journée de la femme et sa symbolique, Christiane Taubira a affirmé : « Il faut oser reprendre le mot « féminisme » car pour moi c’est synonyme d’humanisme. Le féminisme c’est la capacité d’appréhender le monde et ses disfonctionnements… La matrice des inégalités est celle qui ne reconnait pas l’égalité entre l’homme et la femme, car fondée juste sur un trait de nature. Donc cette inégalité n’a aucune pertinence. Etre femme n’implique pas une insuffisance ou une infériorité… Si on acceptait une discrimination basée sur un trait de nature, on serait prêt d’accepter toutes les inégalités… Les femmes doivent être reconnues en tant que telles… Quand on exige cette égalité, on invalide toutes les inégalités »…

 Conférence Taubira et OPA Conférence Taubira Conférence Taubira2

 

Dorra Megdiche


Météo
Tunis