Exclusif: En photos, une tunisienne fait hisser le drapeau tunisien par une tribu primitive !! - highlights.com.tn
Publié le: 30 octobre 2015 à 17h22

Exclusif: En photos, une tunisienne fait hisser le drapeau tunisien par une tribu primitive !!

Partager

tribu6

Fatma Guizani, est une jeune designer tunisienne de 31 ans qui ne voyage pas comme les autres. Déterminée et aventurière, elle a pris un congé et a décidé de se lancer dans l’aventure, mais pas n’importe laquelle…

Aimant, les voyages et l’aventure, Fatma Guizani a toujours rêvé d’aventure et de découverte, interpelée par l’Indonésie, elle a décidé de mettre cap sur ce pays asiatique qui regorge de surprises. Pour ce faire, elle a élaboré un plan de voyage, et ce, depuis la Tunisie.

Elle est entrée en contact avec des internautes qui lui ont donné des conseils pratiques dont elle avait besoin.

Mais Fatma Guizani, avait autre chose en tête. Elle voulait aller à la rencontre des tribus de l’est de l’Indonésie et plus précisément les Mentawai, appelés également Hommes de fleurs, pour désigner les fleurs d’hibiscus qu’ils portent sur leur tête. Les Mentawai vénèrent beaucoup cette fleur qu’ils utilisent comme remède. Cette dernière se transmet de génération en génération.

Toutefois, aller à la rencontre des Mentawai n’est pas une chose facile, surtout seule. Pour cela, Fatma Guizani devait faire appel à un guide touristique. Fatma Guizani, a eu recours à un guide touristique qui habitait une jungle pas loin du village de la tribu. Parlant un peu l’anglais, ce dernier l’a beaucoup aidé.

Après avoir programmé son voyage, pris des pilules contre la malaria et des vaccins, notre jeune tunisienne s’est lancée dans l’aventure en septembre dernier. Arrivée à Jakarta, elle y a passé la nuit et au bon matin elle s’est dirigée vers le village des Mentawai accompagnée de son guide.

Pour y arriver, Fatma devait prendre un vol interne jusqu’à Padang (ouest d’Indonésie), là-bas elle a pris un bateau qui devait traverser l’océan indien et l’a ramené sur l’île Siberut. A Siberut, Fatma a pris un Longboat. Ce dernier l’a emmené jusqu’à la jungle qu’elle devait traverser pour enfin arriver à L’Uma : la maison où les Mentawai vivaient.

Une fois débarquée, un homme paré de tatouages et vêtu d’un simple pagne vous conduit dans la boue pendant deux heures le long d’un itinéraire jalonné de cascades où il faut marcher en équilibre sur les branches glissantes et franchir des cours d’eau à la nage pour rejoindre son L‘Uma au milieu de nulle part.

Après 4 heures, de dure traversée et de marche Fatma Guizani a finalement atteint L’Uma où un accueil chaleureux l’attendait.

Certes, échanger avec eux n’était pas une chose simple vu la barrière de la langue, mais le guide lui a facilité un peu la tâche, lui donnant un papier avec les mots basiques, Fatma Guizani a pu pendant cette semaine échanger avec eux. Un échange qui l’a bouleversé. Pendant, cette semaine Fatma Guizani, a beaucoup appris, mais a également fait apprendre.

En effet, profitant de sa présence à leur côté, Fatma Guizani leur a parlé de la Tunisie, de la révolution et de notre situation touristique. Touchés, ces derniers ont voulu participer un peu à notre cause à savoir promouvoir le tourisme tunisien, ont posé avec le drapeau tunisien et ont hissé des pancartes « I will visit Tunisia ».

Ces images sont très touchantes, mais ce qui les rend encore plus forte, c’est que derrière tout ça se cache une tunisienne qui n’a pas lésiné sur l’argent et a décidé d’aller à la rencontre d’un autre monde qui n’a jamais entendu parler de la Tunisie et leur faire découvrir notre drapeau, notre pays mais surtout notre histoire.

Les Mentawai, ont vu des touristes avant Fatma Guizani mais n’ont jamais reçu d’Africain. Fatma Guizani est la première tunisienne à s’être immergée dans la vie des Hommes de fleurs qui l’ont très bien acceptée.

D’ailleurs, ils lui ont même fait découvrir leur vie. Fatma Guizani a mangé des vers, a porté une jupe en feuille de bananier et un soutien en cordes d’arbres, a participé à leurs rituels et a dormi par terre comme eux. Le manque de confort, les courbatures et les toilettes dans la rivière n’ont pas empêché Fatma Guizani de vivre pleinement son aventure.

Les photos qu’elle a prises et l’enthousiasme avec lequel elle racontait son aventure ne peuvent que traduire cela. En tout cas nous ne pouvons qu’admirer son courage et sa persévérance. Le fait de hisser le drapeau tunisien dans un endroit pareil et par ces gens ne peut que nous réchauffer le cœur.

tribu 18 tribu tribu1 tribu2 tribu3 tribu4 tribu5 tribu7 tribu8 tribu9 tribu10 tribu11 tribu12 tribu13 tribu14 tribu15 tribu16 tribu17 tribu18 tribu19 tribu20 tribu21 tribu22 tribu23 tribu24 tribu25 tribu26 tribu27

Ibtissem Zakia Ben Abdallah


Météo
Tunis