Publié le: 5 février 2018 à 12h51

Plus de la moitié des Tunisiens n’ont pas connaissance de la notion « données personnelles »

Partager

27651212_2112500428983100_985217823_o

Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de protection des données personnelles, l’Instance Nationale pour la Protection de Données Personnelles (INPDP) a organisé, aujourd’hui, une conférence de presse sur «la protection des données personnelles : problématiques et remèdes législatifs». Chawki Gaddes, le président de l’INPDP a affirmé que les Tunisiens n’ont pas suffisamment acquis la connaissance de la culture de protection des données personnelles malgré son importance et impact direct sur la vie personnelle et leurs droits fondamentaux.

A l’occasion de la présentation des résultats d’un sondage d’opinion réalisé par l’l’instance, le président de l’INPDP a souligné que les institutions spécialisées et les établissements éducatifs ne jouent pas pleinement leur rôle dans la sensibilisation de l’importance de protection des données personnelles. « 53% des Tunisiens n’ont pas une connaissance de la notion de données personnelles », a-t-il annoncé.

Ralf Erbel, le représentant de la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté en Tunisie et en Libye, a fait savoir que la Tunisie a développé les normes et critères de protection des données personnelles à travers la signature d’une convention entre la Fondation et l’INPDP. Cette convention prévoit la participation de la société civile, la réalisation d’un projet d’un sondage d’opinion et l’organisation des activités visant la sensibilisation et la vulgarisation de la culture de protection des données personnelles.

Ralf Erbel s’est félicité des efforts déployés par la Tunisie dans ce domaine notamment les réformes réglementaires conformes aux standards internationaux. M. Raf Erbel a, dans le même sens, souligné que le renforcement de la culture de protection des données personnelles est un volet crucial dans l’attrait des investissements étrangers, la création de nouveaux postes d’emploi et la garantie d’un avenir meilleur pour les jeunes.

Mohamed Hédi Oueslati, juge administratif et membre permanant de l’INPDP, a présenté le cadre général de protection des données personnelles et les engagements des responsables dans ce domaine notamment les procédures à prendre en considération et l’accord préalable des personnes concernées en vue d’assurer la sécurité des données et des mises à jour nécessaires.

Il a, en outre, souligné le droit de la personne concernée par le traitement des données personnelles à l’accès à ces informations, d’en posséder d’une copie, le refus de les traiter ou les supprimer.

Mohamed Hédi Oueslati a affirmé que la Tunisie a enregistré des avancées notables en matière de protection des données, et ce, depuis l’adhésion de la Tunisie à la Convention 108 du Conseil de l’Europe sur la protection des données personnelles.

Notons que la Tunisie est le premier pays arabes à adhérer à cette convention. Mohamed Hédi Oueslati a exprimé son souhait de voir le nouveau projet de loi de protection des données personnelles conforme aux standards de cette convention.

F.T. d’après Communiqué


Météo
Tunis