Scandaleux - Tunis : Des médecins contraints de ne pas prendre en charge des bébés en danger de mort ! - http://highlights.com.tn
Publié le: 26 janvier 2018 à 13h23

Scandaleux – Tunis : Des médecins contraints de ne pas prendre en charge des bébés en danger de mort !

Partager

hopital-urgences-panneau

Chaque jour, nous apprenons une nouvelle qui prouve que le secteur de la santé publique en Tunisie est dans une situation catastrophique. Aujourd’hui, c’est la Professeur Aida Borgi qui, via une lettre ouverte adressée au ministre de la Santé, témoigne du manque de moyens matériels à l’hôpital d’enfants Béchir Hamza de Tunis. Ce manque de moyens empêche le corps médical de mener à bien leurs missions. Des bébés en danger de mort ne peuvent pas être pris en charge à cause du manque de places de réanimations. Voici la lettre complète :

« A Monsieur Le Ministre de la Santé,

Monsieur le Ministre,

Nous venons par la présente, solliciter votre attention pour dénoncer un véritable problème de manque de places de réanimation pédiatrique polyvalente qui prend toute son ampleur durant l’épidémie saisonnière de bronchiolite qui s’étale du mois d’octobre jusqu’au mois d’avril.

Notre service dispose d’une capacité officielle de 12 lits, tout en sachant que nous couvrons non seulement la région du grand Tunis mais aussi le nord-est et le nord-ouest du pays. Notre capacité d’accueil a été élargie à 14 lits à partir de 2013 malgré la diminution de l’effectif des médecins seniors dans le service et malgré les contraintes de l’espace de travail.

Nous tenons à vous faire part de notre profond désarroi en cette période d’épidémie car nous ne pouvons pas satisfaire toutes les demandes (Une dizaine de nourrissons en détresse vitale n’ont pas pu être pris en charge dans le service pendant ma garde d’hier). Il est extrêmement douloureux pour nous, équipe médicale et paramédicale, de ne pas pouvoir prendre en charge des nourrissons en détresse. Les parents qui ont les moyens financiers, se trouvent forcés de transférer leurs enfants dans les structures privées après avoir déposé un chèque de garantie de 3000 dinars minimum.
Les parents qui n’ont pas les moyens, doivent patienter dans l’espoir qu’une place de réanimation se libère.

Nous tenons, également, à vous informer que nous avons été contraints, depuis plus d’un mois, à refuser la prise en charge des détresses respiratoires néonatales en espérant que les services de réanimation néonatale puissent les secourir. La réalité démontre également que ces services sont débordés et sont dans l’incapacité de pallier au manque de places.

Cette situation alarmante ne peut plus continuer et des mesures urgentes devraient être prises et en particulier l’accélération du projet de construction du nouveau service de réanimation pédiatrique, avec une capacité de 24 lits, prévu au sein de l’hôpital d’enfants Béchir Hamza, depuis l’année 2012 et du nouvel hôpital d’enfants de Mannouba.

Dans l’attente de vous voir accéder à notre demande, Veuillez agréer, monsieur le ministre, nos salutations les plus distinguées.

Pr Ag Borgi Aida
Service de Réanimation Pédiatrique Polyvalente
Hôpital d’Enfants Béchir Hamza de Tunis.

»

F.T.


Météo
Tunis