Tuerie d'Istanbul: Et si c'était une stratégie ? A qui profite ce crime !? - highlights.com.tn
Publié le: 4 janvier 2017 à 14h46

Tuerie d’Istanbul: Et si c’était une stratégie ? A qui profite ce crime !?

Partager

vigiles-boite-de-nuit

Le « Reina Club », haut lieu de la vie noctambule à Istanbul a été le théâtre d’un carnage ayant entraîné la mort de près d’une quarantaine de personnes dont une bonne vingtaine d’étrangers pendant les festivités du nouvel an 2017.

On a beau retourner le sujet dans tous les sens, l’acte terroriste soulève des interrogations quant à son déroulement.

Pour avoir connu ce lieu de la nuit, qui longe le Bosphore au niveau de Besiktas, l’entrée est une sacrée forteresse.

Il faut d’entrée de jeu montrer patte blanche pour y accéder.

Devant la porte d’entrée, un couloir avec une barrière protégée par, au bas mot, dix vigiles capables d’effrayer un Sumo.

Le portique de sécurité identique à ceux des aéroports vous accueille après avoir vidé vos poches.

D’autres vigiles vous palpent ensuite même si l’alarme du portique n’indique aucune anomalie.

Ensuite une hôtesse vous accueille avec un ou deux employés pour vous installer.

À l’intérieur du « Reina », ambiance électrique, très glamour et sexy, on y danse, on fait la fête…

Une sécurité absolue y est assurée avec des civils, des vigiles et quelques intervenants prêts à sauter sur n’importe quel assaillant … du jour. De nuit dans notre cas de figure (sic).

La nuit du nouvel an, j’ose espérer que notre « Cher Erdogan » a pris des dispositions avec un appareil sécuritaire et un dispositif renforcé. Surtout sur la grande route du « Reina » au vu des clients fortunés qui s’y rendent et de toutes nationalités. Le « Reina » reste un des attraits de la Turquie pour la fête dont les touristes sont friands.

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Comment un assaillant peut-il entrer avec une arme, sans être inquiété ? Dans un lieu où même une jeune fille en minijupe, décolleté « Andersonnien » et talons aiguilles se fait scanner.

Comment se fait-il que les « paniers à salades » stationnés à quelques encablures n’ont pas pu se rendre compte de l’arrivée du tueur ?

Comment le tueur a-t-il pu avoir le temps de tuer, de recharger son arme et de re-tuer ?

Pourquoi personne n’a pu le maîtriser ? Il a quand même mis plus de 20 minutes pour son forfait sans aucune intervention quelconque ?

Où était la sécurité extérieure, intérieure ? Où étaient les policiers civils ? Où étaient les clients qui n’ont pas été touchés ?

Comment se fait-il que les caméras extérieures et surtout intérieures n’ont pas pu enregistrer le massacre ?
Les caméras sont censées rapporter les faits. Apparemment elles faisaient partie du décor.

Tant de questions qui présagent un autre scénario dont on se passerait volontiers !!!

Hatem Achour


Météo
Tunis