JCC2017


Publié le: 5 décembre 2017 à 15h57

Tunisie – Boîtes de nuit: On verse du GHB dans les verres des filles pour les violer « avec leur consentement » !

Partager

boîte de nuit

Il est l’un des instruments préférés des violeurs et il s’est propagé en Tunisie. Nommons le GHB, une drogue qu’une fois que la victime avale, elle devient anesthésiée et ne peut plus se défendre. C’est comme si elle était violée avec son consentement. Ensuite, sous l’effet, du GHB, elle ne se souviendra absolument de rien.

Parmi les cas enregistrés en Tunisie, on note le cas d’une fille qui n’a su qu’elle a été victime de viol que lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte. Elle était sous le choc, elle qui n’avait jamais eu de relations sexuelles et qui se croyait toujours vierge. C’est ce qu’a fait savoir le criminologue, Kais Ben Halima, à nos confrères de « En Bref ». Les autorités ont mis 3 ans pour attraper le violeur.

Le criminologue a également déclaré à la même source qu’une récente utilisation du GHB à Tunis a été enregistrée en novembre 2017. Dans un établissement en vogue, une fille s’est vue verser du GHB dans son verre par un inconnu. Quand elle s’est sentie mal, elle a passé deux heures à vomir. Ses amis l’ont reconduite chez elle. Le lendemain, à son réveil, elle ne se souvenait de rien.

Une autre fille a ingurgité du GHB qu’un inconnu a versé dans son verre dans une discothèque à Sousse. Elle est tout de suite tombée dans le coma, un coma qui lui a évité un viol probable.

F.T.


Météo
Tunis