JCC2017


Publié le: 2 novembre 2016 à 16h36

Un Tunisien participe à une découverte internationale très inattendue !

Partager

13179023_227666667601638_7536431694912569451_n

Une étude publiée, le 31 octobre 2016, dans la revue américaine « Nature Genetics » prouve que l’ADN influence le choix de l’âge du premier accouchement et du nombre d’enfants qu’on désire avoir.

Plus de 250 chercheurs dont des sociologues, des biologistes et des généticiens ont entrepris depuis déjà 4 ans des recherches sur 238 mille femmes et hommes concernant les gênes qui déterminent l’âge d’accouchement du premier enfant et plus de 330 femmes et hommes pour le nombre d’enfants.

Un chercheur tunisien fait partie de cette équipe et a un rôle très important vu que c’est lui qui a fait les analyses pour les femmes et hommes en Hollande mais aussi sur quelques cas qui ont été publiés dans « Nature Genetics ».

Il s’agit du Dr Hamdi Mbarek qui l’année dernière a prouvé le gène responsable des jumeaux.

Intervenant sur les ondes de Mosaïque FM, Hamdi Mbarek a expliqué que cette étude a montré que le spermatozoïde contient des gènes qui ont une influence sur l’âge de l’être humain au moment de la procréation et à fixer le nombre d’enfants qu’il aura. Cependant, Hamdi Mbarek a insisté sur le fait que ce gène influence et non pas détermine l’âge ou bien le nombre d’enfants.

Par ailleurs, les résultats des recherches ont prouvé que les gènes de l’être humain contiennent 12 zones qui influencent d’une manière directe ou bien indirecte sur l’âge  de procréation et le nombre d’enfants.

Cette découverte internationale, précise Hamadi Mbarek peut des fois expliquer les raisons d’infertilité chez certains et ainsi pouvoir y remédier.

Car contrairement aux préjugés, l’âge de procréation et le nombre d’enfants ne sont forcément pas liés à nos décisions personnelles, la biologie et la génétique en sont responsables également.

I.B.A.


Météo
Tunis